On the way! Islande – Jour 2 Seljalandfoss et Vik

Et c’est sous un soleil radieux que nous quittons notre auberge non sans avoir préparé notre super casse croute de la journée.

Durant notre séjour on a préféré faire nos propres courses. D’une part parce que ça revient moins cher qu’un restau à chaque repas et d’autre part, le petit tour à la supérette dans un pays étranger, c’est l’occasion de voir et goûter les saveurs locales. Le Skyr, cette spécialité laitière du pays riche en protéine restera notre chouchou, malgré les quelques saveurs un peu bizarres (la pomme qui n’avait pas vraiment le goût de pomme….). Malheureusement on en trouve pas en France, mais si quelqu’un a une piste pour en commander je lui serais éternellement reconnaissante !!!

Les routes 30 et 32

Nous prenons la direction du Nord-Ouest avant de redescendre vers Vik.
Les routes 30 et 32 sont des routes surprenantes: on longe un cours d’eau, on traverse des vallées et on arrive sur une plaine désertique ! Bref, on en prend pleins les yeux !

Sur notre route on s’arrête pour admirer une nouvelle chute, Hjalparfoss. Sa forme particulière, une double chute qui fait penser  à un coeur, est assez inédite.

Ne voulant pas faire demi- tour, on décide de prendre un « raccourci »
A première vue cette route non goudronnée paraissait difficile pour notre « Brunold ». Mais d’après notre carte routière (datée de 2016), elle n’était pas classée ! Enfin c’est ce qu’on croyait…. Et c’est toute confiante qu’on continua notre route. Non sans quelques frayeurs lorsqu’on se faisait doubler par des abrutis en 4×4  qui roulaient à toute vitesse, en nous envoyant poussières et cailloux sur la pauvre titine.
On s’est rendu compte finalement à la sortie de la route en lisant un panneau  (5km après environ) qu’elle était en fait classé F. Notre Brunold à tout de même survécu sans un impact ! yeah !

Seljalandfoss

De retour sur la route 1 les paysages se succèdent. La route est agréable à conduire et les quelques voitures qu’on croise sont essentiellement des touristes.
Même si parfois la route donne envie d’accélérer méfiez vous tout de même  des radars (on en a pas croisé beaucoup mais quand même ..).

Notre premier stop au sud de l’île nous arrête à la chute Seljalandfoss ! Une chute impressionnante où il est possible de passer derrière.
Attention  car le sentier est très glissant et on en sort trempé ! Mais je vous conseille vraiment de le faire car passer de l’autre côté de ce rideau d’eau puissant est vraiment incroyable.
N’oubliez pas non plus les deux autres cascades plus petites à côté, pas aussi impressionnantes mais très jolies.

En continue notre route et sans se rendre compte on arrive à Skogafoss où nous avions l’intention de camper le soir même. On s’y arrête vite fait, car on se dit qu’on aura tout le temps de l’admirer plus tard.

Eyjafjallajökul

On prend donc la direction de Vik. En chemin on s’arrête pour observer le fameux  volcan  au nom imprononçable : le Eyjafjallajökull !

La vue sur le volcan est très belle et on a un peu de mal à imaginer que c’est cette jolie « montagne enneigée » qui a foutu une sacrée pagaille il y a déjà quelques années.

il y a en Islande un vrai système d’alerte en cas d’éruption. Où que vous soyez, locaux comme touristes, du moment qu’il y a du réseau, vous recevez un message d’alerte sur votre telephone qui vous indique également où se trouvent les abris les plus proches !

SELJAVALLALAUG

Seljavallalaug est une piscine  en plein air, alimentée par une source chaude naturelle. Pour s’y rendre il suffit de marcher une dizaine de minutes depuis un parking.

Personnellement je n’ai pas trop accrochée avec le lieu : au moment où nous y étions c’était assez fréquenté  et j’ai trouvé les abords un peu sales. Ce qui est assez dommage car l’endroit est vraiment beau.
Finalement par flemme et sans coup de coeur on a préféré ne pas se baigner.

Les plus courageux peuvent toutefois plonger dans la rivière qui coule à côté, mais la température de l’eau n’est vraiment pas la même !!


DYRHÓLAEY et Vik

Juste avant d’arriver à Vik on aperçoit la réserve naturelle de Dyrholaey.
La première partie de la route est assez simple, mais la suite se complique surtout avec une petite voiture: route un peu escarpée et assez détériorée.
Mais toutes ces péripéties en valent la peine: Le panorama est exceptionnel. Et avec un temps plus ou moins dégagé, il est possible d’admirer  toute la côte sud de l’Islande et la longue plage de sable noir. On a eu un peu moins de chance avec les oiseaux un peu difficile à observer.

Via est une petite ville, assez jolie avec son clocher rouge. Il n’y a pas grand chose à voir dans la « ville » même, les principaux centres d’interets se trouvent soit avant soit après! Mais on y trouve tout ce qu’il faut pour faire des courses, faire de l’essence (dans le vent), etc..

De retour à Skogafoss, on s’installe sur un terrain à proximité de la chute où d’autres campeurs ont déjà planté leur tente. Le camping sauvage est autorisé en Islande, il est donc possible de bivouaquer en pleine nature sauf indication contraire. Cependant il existe beaucoup de terrain de camping et parfois ils ne sont  pas clairement identifiés. C’était le cas ce soir là. Malgré les douches et les toilettes installées, nous étions quand même surpris lorsqu’à 22h bien emmitouflées dans nos sacs de couchage une personne du camping « toqua » à notre tente pour réclamer les sous. Il faut compter environ 2kr par personne et 5kr pr une tente (et un peu plus cher pour un camping car) ! Et si vous n’avez pas de monnaies, ce n’est pas grave car ils se baladent avec leur lecteur de carte !

Je ne sais pas si c’est à cause de la fatigue ou le bruit de la chute mais ce soir là on s’endort très vite …

A suivre..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.